We have detected that cookies are not enabled on your browser. Please enable cookies to ensure the proper experience.
Results 1 to 1 of 1
  1. #1
    Join Date
    Oct 2012
    Posts
    1

    Les Gardiens du Crépuscule.

    Bonjour à tous.

    Notre confrérie est une guilde à vocation roleplay. Celui-ci se veut en accord avec l'oeuvre de Tolkien, en accord avec son histoire et tâchant de ne pas faire d'entorse majeure ou incohérente à son univers.

    Voici le projet dans son ensemble :

    Un jeu où vous êtes le héros

    Une confrérie roleplay avec des scénarios organisés à raison de chaque deux semaines. Ces scénarios seront une histoire propre à la confrérie. Elle ressemblera à la quête épique implémenter dans le jeu dans la manière de fonctionner. Des règles s'apparentant à un JDR sur table ont été mises en place pour une plus grande immersion roleplay, ainsi que de libertés pour nos personnages d'agir selon notre imaginaire. Certains pnjs *méchant* seront joués par des joueurs volontaires. Ces personnages non joueurs seront tuables en jeu. Car l'on sait tous à quel point on entend souvent lors de confrontations roleplay : non, c'est mon personnage, tu le tues pas. Avoir des personnages jouant des rôles de méchants à temps partiels permet justement d'éviter cela. Toutes ces règles sont disponibles sur notre forum que je vous invite à visiter :http://veilleurscrepuscule.forumgratuit.ch/

    Pour le pve, il va de soi que nous serons une guilde qui s'entraide et nous irons certainement ensemble en instance et peut-être, mais je dis bien peut-être en raid si des personnes désirent découvrir plus de contenus du jeu et que nous sommes suffisemment.

    Sur le forum, vous pourrez découvrir l'histoire de la confrérie, ses grades et fonctions roleplay, son organisation.

    Et enfin... La règle d'or de notre confrérie est la suivante : La vie avant tout ! L'Irl passera toujours avant le jeu et personne ne sera critiqué, houspillé parce qu'il n'a pas pu venir à tel ou tel scénario. À cette fin, les scénarios seront retranscrits sur le forum afin que chaque participant puisse suivre l'histoire de la confrérie et de ses membres sous forme de mini-roman.

    Si ce projet vous intéresse, vous trouverez sur le forum une partie recrutement en ligne : http://veilleurscrepuscule.forumgrat...21-recrutement

    Vous pouvez aussi contacter Celebethiel en jeu qui est le GM de la confrérie.

    ______________________________ ______________________________ ______________________________ _____________

    Je vous propose ici l'histoire de la confrérie sous forme de texte roleplay au cours des trois âges :

    Undomë


    Premier Âge

    J'ai connu l'ancien monde. J'ai vu la lumière de Telperion le Blanc et Laurelin le Doré.

    Lorsqu'en Aman Melkor fut libéré et que les Noldor jurèrent de se venger, je fus des leurs. L'ombre avait grandi en nos coeurs et la passion de Faënor embrasa nos âmes quand nous massacrions nos propres frères sur les rives sacrées d'Alqualondë. Nous quittions le royaume bienheureux, malgré l'avertissement des Valar et la malédiction qui allait peser sur nos épaules....

    Avec certains de mes frères, nous avions depuis longtemps senti la trahison qui couvait au sein de l'esprit ténébreux de Melkor. Peu d'entre les Sages savent que mon père créa un groupuscule se nommant les veilleurs du crépuscule, qui veilleraient à protéger notre peuple de l'influence néfaste du Maudit. Malheureusement, tous nos efforts visant à stopper les machinations de Morgoth échouèrent. Il se montra bien trop rusé et persuasif. Nous tentions de l'arrêter dans les monts, lors du vol des Silmarils, mais nous arrivions trop tard. Le crépuscule était tombé sur la Terre Bénie. Il ne nous restait plus qu'à rejoindre notre peuple pour tenter d'enrayer le mal qui menaçait d'exploser dans le coeur de Faënor.

    Je suis Noldor. Celebethiel est mon nom. Je fais partie des Veilleurs. J'ai traversé l'Helcaraxë aux côtés de mon peuple. Nous avons vaincu les glaces mordantes qui engourdissaient nos membres et nos esprits, bien que tant des nôtres furent perdus à jamais, engloutis sous les eaux ou devenant statues de glaces figées pour l'éternité dans nos coeurs amers. Aux côtés de notre Roi Fingolfin, nous avons trouvé le chemin menant au Beleriand et à la guerre contre Morgoth. C'est au premier lever de la lune que les trompettes de guerre Noldor résonnèrent sur le Beleriand.

    Lorsque nous arrivâmes en Mithrim, ce fut le soleil qui se leva pour la première fois. Il flamboyait et ouvrait notre marche vers l'est. Je me souviens des bannières d'argent et d'azur. Il s'agissait de la fin de l'ère des étoiles. Nos coeurs furent consumés par la fougue et la vengeance, les ombres se replièrent sur notre chemin. Aux portes du Thangorodrim, fief de l'obscur Melkor, nous fîmes sonner nos corps qui firent trembler le mal jusque dans ses fondements. Beaucoup d'entre nous auraient désiré en finit ce jour-là. Mais notre Roi décida de se rendre aux Montagnes de l'ombre afin d'y trouver le repos, se méfiant des machinations et des ruses de notre ennemi.

    Les coeurs des Noldor furent divisés à jamais entre ceux qui avaient dû supporter le froid de l'Helcaraxë et ceux qui avaient usé des flammes pour brûler les navires Teleri. Avec le peu des frères qu'ils restaient de notre ordre, nous quittâmes les nôtres pour trouver refuge dans la forêt de Brethil. Là-bas, nous avons conçu de nombreux plans de bataille contre les sbires de Morgoth. Nos actions furent un succès dans leur ensemble, mais nous ne pûmes jamais à venir à bout des légions que Morgoth entretenait.

    Nous étions obligés de vivre cachés et reclus, n'ayant plus d'espoirs de voir s'abattre les murs que Morgoth avait bâtis jadis. Les armées de nos Rois restaient impuissantes face à ces remparts.

    En ce temps-là, nous n'étions pas les seuls à avoir décidé d'affronter les forces de Morgoth sans l'aide de nos souverains. Un groupe d'humains du nom de Gardien de l'Aurore le combattait dans l'est. Nous apprîmes qu'ils avaient un refuge caché près du Lac Helevorn, dans un petit vallon caché au sein de l'Ered Luin.

    Je fus envoyé en émissaire afin de traiter avec eux. D'abord je fus prisonnière, puis à force de temps et d'interrogatoires, ils comprirent que nous étions du même camp. À partir de ce jour-là, nos deux ordres travaillèrent de concert pour empêcher l'ombre du nord de s'étendre vers le sud. Nous avons usé de tous les moyens à notre disposition pour y parvenir. Assassinat, raid sur des posts avancés de nos ennemis. Malheureusement, quand les armées elfiques et humaines furent submergées par nos ennemis, nous fûmes contraint de fuir vers le sud. L'espoir avait quitté nos coeurs et beaucoup d'entre nous perdirent la vie car avide de vengeance et d'en finir.

    Je partis vers le sud, contrainte et forcée par mon père et mon frère. La rage au ventre, le coeur en larmes je les vis s'effondrer face à l'ombre et la flamme. Le fléeau des elfes nous avait été envoyé. Nos deux cachettes furent mise à sac par les forces de Morgoth sans que je ne puisse rien faire et désormais nos vies étaient menacées.

    Poursuivis nous arrivâmes à atteindre l'embouchure du Sirion. De nombreuses orques, ainsi que le Balrog qui les commandait s'avançait vers nous. Ceux-ci terminaient d'envahir le Beleriand. Avec mes frères et quelques survivants parmi les gardiens humains nous décidions de partir à bord de navires pour l'île de Balar afin de nous y cacher le temps que l'ennemi ne jette plus son dévolu sur nous.

    Malheureusement, ce fut un combat terrible qui nous attendit aux abords du fleuve. On nous avait traqués et ramener vers le sud. Nous étions pris en embuscade par d'autres forces de Morgoth. Cernés de toutes parts, nous ne tarderions pas à trouver la mort ou devenir les esclaves du Valar déchu. Je me souviens avoir été grièvement blessée au torse, tombant dans les torrents du fleuve, j'étais emportée par le courant. Alors je perdis conscience du temps et de l'espace.

    Au loin j'entendais l'écho des batailles, des souffrances passées et à venir, de la ruine. Mais plus près, j'entendais la voix d'Ulmo qui me guidait, me portait au travers des flots et des roches. À mon réveil, j'étais guérie et je me trouvais sur la plage tant convoitée de Balar. Devant moi se tenait une barque en forme de cygne. Elle me rappelait la perfection dont pouvait faire preuve nos cousins les Teleri. D'âpres regrets, ainsi que de l'amertume liée à de la cupabilité menacèrent de me faire sombrer dans la tristesse et l'oubli. Je me ressaisissais pourtant, lorsque au travers de l'écho des vagues j'entendis un chant lointain. Mélodie du passé et de l'avenir :


    Echouée sur les rives de l'Oubli,

    Loin sous les ténèbres de la nuit,

    Je plonge et je m'endors,

    Je trépasse et remonte à bord,

    La Lumière de la Lune,

    Et le flamboiement du Soleil n'ont point disparu,

    Loin dans les échos de l'aurore où vous vous êtes perdue,

    Remontez à bord.


    Ce message était clair. Sans réfléchir, je montais à bord de l'esquif qui avança porté par des courants durant trois jours et trois nuits. Elle me conduit en Eglarest et c'est là-bas que j'y croisais certains elfes qui avaient survécus et qui se cachaient. Nous restâmes dans les montagnes où je fut rejoints par des humains, mais aussi des nains parfois. J'appris à côtoyer ces peuples et à les respecter, malgré nos différences.

    Enfin, l'armée des Valar arriva en Beleriand aux côtés d'Earendil. Nous nous guignâmes aux à la Dernière Grande Bataille de ce temps. Nous vîmes les légions de dragons, Ancalagon le Noir, les Balrogs qui déferlaient dans les cieux telles des nuées. Mais malgré leurs puissances, nous résistâmes et avançâmes inexorablement vers le nord accompagné de la lumière des Valar et du Silmaril que portait Earendil. La guerre fut longue et terrible, quand enfin Morgoth et ses légions furent vaincus. Melkor fut précipité dans les abîmes, hors du monde. Sauron implora le pardon des Valar. Le Beleriand avait péri sous les flots et beaucoup de ce qui avait existé fut perdu à jamais. Ceux d'entre nous qui désiraient regagner les Terres Immortels y furent conviés. D'autres décidèrent de s'attarder en Terre du Milieu.

    Je ne saurais dire pourquoi je suis restée. Peu-être qu'au fond de mon coeur je préssentais les troubles à venir. Un âge venait de se terminer, c'était au tour du Second de commencer.

    Deuxième Âge

    Sans réellement savoir pourquoi je fondais à nouveau l'ordre. Acceptant autant les humains que les nains, j'appelais celui-ci les Gardiens du Crépuscule en l'honneur de ceux tombés aux combats. Encore une fois je ne me doutais pas de la signification que prendrait ce nom dans les temps à venir.

    Quand Sauron dévoila son vrai visage, je me trouvais alors en Eregion. J'y travaillais avec mes frères Noldor. Par chance, je ne fus pas de celle qui affronta le Seigneur ténébreux, sinon j'y aurai péri avec les autres. J'avais pu voir les anneaux, je connaissais la magie dont ils étaient imprégnés et je savais désormais pourquoi Sauron les convoitait tant. Je combattis aux côtés des survivants et vit l'Eregion tomber face aux assauts des forces de Sauron. Celebrimbor, le descendant de Faënor tomber face à Sauron. Je me cachais et regagnais notre repaire. Pour le peu qu'ils restaient parmi mon peuple, ils suivirent Elrond pour fonder Imladris.

    Les flammes du Mordor menaçaient de s'abattre sur la Terre du Milieu quand les Numénoréen défièrent le pouvoir de Sauron. Nous étions aux côtés de Gil-Galad durant cette époque. La vue des Seigneurs humains, descendant des Edain raviva notre espoir et notre courage tant ils étaient éclatants de puissances. Nous repoussâmes les forces du Mordor à leurs côtés.

    Pendant près de mille ans, la confrérie continua de lutter contre les incursions et raids des acolytes du Seigneur Noir dans l'Eriador. Malgré tout, cela fut une longue période de prospérité en Terre du Milieu. Sauron parvint toutefois à corrompre les Orientaux et les Haradrim. Les anneaux furent confiés aux hommes et les spectres firent bientôt leur apparition. Dans l'ouest, les Numénoréen changèrent peu à peu, devenant de plus en plus orgueilleux. Ils fondèrent de nombreuses colonies sur les côtes de la Terre du Milieu. Petit à petit, ceux qui étaient venu en protecteur et conseiller se transformaient en tyran persécuteur.

    Nous envoyâmes des espions surveiller la puissance montante de Numenor. Quand ils marchèrent sur le Mordor, personne n'osa s'interposer. Sauron fut emmené tel un esclave, enchaîné, à genoux face à ses adversaires. Pourtant, je me souvenais du déclin du premier Âge et de l'emprisonnement de Morgoth. J'allais en émissaire une nouvelle fois vers les humains. Leurs Seigneurs se gaussèrent de moi, rire de mes craintes concernant Sauron.

    Cela fut bien malheureux, car leur force fut vaincue par la ruse de Sauron. Les aigles de Manwë ne tardèrent pas à nous apporter de sombres nouvelles. L'armada déployée par l'Empereur de Numénor dépassait tout ce que nous avions connu jusqu'alors. Elle était d'une puissance indéfectible et pensait dans son orgueil envahir les Terres Éternelles.

    Le ciel s'assombrit, la terre trembla dans son entier. Dans les vrombissements des vagues et l'écho de la tempête qui résonnaient au loin les cris des Numénoréen nous parvinrent. Ils s'enfoncèrent dans les flots. Quant à mon coeur, il fut déchiré par la séparation du monde des Valar aux nôtres.

    Quand les Princes d'Andunië atteignirent les côtes de la Terre du Milieu, on ne put distinguer que neuf vaisseaux survivants de la colère d'Illuvatar.

    Je rencontrais les premiers Dunedain aux côtés de mes frères et soeurs. Cependant l'ombre plânait toujours au-dessus de nous et Sauron regagna sa demeure. Ce fut la dernière alliance des hommes et des elfes. Durant sept longues années nous combattîmes aux côtés des forces de Gil-Galad et d'Elendil, quand enfin Sauron fut renversé. Quand l'anneau fut ôté du doigt du Seigeur Noir, l'espoir baigna enfin nos coeurs de sa lumière. Les spectres de l'anneau furent bannis et la Tour Sombre fut détruite.

    Seulement Isildur fut brisé et il ne détruisit point l'Anneau. Après la bataille du champs aux Iris où Isildur trouva la mort trahi par l'Anneau, notre confrérie tenta de retrouver l'Anneau sans succès. L'ombre de sa légende était sur chacun de nos pas.

    Durant ces temps-là, Eomir, Numénoréen survivant nous ayant rejoint dans notre combat nous trahis. L'ombre tomba sur les nôtres et nous prit au dépourvu. Eomir disparut à son tour, loin dans les ombres. Aucun autre ne survécurent aux assauts des orques. La chance voulue que je ne me trouvai pas en notre repaire lorsque les orques attaquèrent.

    Un nouvel Âge se levait sur le monde, pourtant les ténèbres n'étaient simplement qu'en sommeil et notre ordre avaient été dissous par la trahison de l'un de ses meilleurs membres. Une nouvelle fois, je me retrouvais seule.

    Troisième Âge

    Je compris rapidement que la mort d'Isildur et l'attaque de notre confrérie ne présageait rien de bon. Je ne devais point pleurer mes frères, mais les honorer en continuant de combattre. J'étais malheureusement en plus grand danger que je ne le pensais...

    Quand l'Arnor et le Gondor se scindèrent pour ne former plus que deux royaumes différents, je me cachais. Car sans la destruction de l'anneau, je savais très bien que Sauron ne serait pas en repos. Et la disparition d'Eomir m'inquiétait.

    La malédiction de l'Anneau se transmit au Dunedain, peuple d'Isildur. Au fil des siècles, le Gondor gagna en puissance, malgré les conflits incessants à ses frontières. Pour être efficace, j'avais établi des relations sur l'ensemble de la Terre du Milieu, même parmi les nains. Seuls les hobbits restèrent hors de mon influence.

    Quand Sauron regagna surffisemment de puissance, il regagna en secret la Terre du Milieu. Il se rendit à Dol Guldur. Les ténèbres gagnèrent en puissance sur l'ensemble des Terre du Milieu.

    Finalement, je ne pus rien pour éviter l'effondrement de l'Arnor. Le Roi-Sorcier et ses sbires étant devenus trop puissants, nous fûmes obligés de céder.

    Suite aux guerres civiles du Gondor et à la grande peste déversée par Sauron sur la Terre du Milieu je perdis de nombreux amis et alliés. Je n'osais toutefois pas refonder l'ordre, j'avais trop peur de perdre à nouveau ceux qui me rejoindraient dans ma cause.

    Durant ces siècles, j'avais vu tant de gens tomber sous les coups de notre ennemi, mon coeur était las.

    Sauron attaqua directement le Gondor avec ses hordes et que Minas Ithil tomba aux mains de l'ennemi, je ne pouvais que contempler cette nouvelle désolation. Puis ce fut la mort du dernier grand Roi du Gondor.

    Le Crépuscule de cet âge approchait encore une fois.

    Mille ans s'écoulèrent sans que je n'ose sortir de ma cachette, traquée par Eomir devenu un Cargul au service de l'ennemi. Le pouvoir des Dunedain diminuait à mesure que celui de Sauron augmentait.

    Désormais, la dernière guerre de cet âge se dessine et mon coeur Noldor m'ordonne de réagir malgré mes craintes. J'aurais besoin de toute la force de volonté dont il peut me rester pour rebâtir une dernière fois l'alliance des gardiens.

    Le temps du Crépuscule est venue, la nuit menace. Guidés par l'écho des vagues et des souvenirs, nous devrons nous battre une dernière fois pour la Terre du Milieu et ses habitants. Alors vous qui avez lu ce mémoire, rejoignez-moi. Elfes, hommes, nains et tous personnes petites ou grandes prêtent à se battre et à passer Serment, rejoignez-moi. Prêtez allégeance à la Terre du Milieu et ensemble, repoussons une dernière fois les ténèbres !


    Celebethiel Maltanandë de la Maison à la Harpe d'or.


    Si vous avez eu le courage de lire le texte jusqu'au bout, vous comprendrez mieux quel type de roleplay propose la confrérie.

    En vous remerciant d'avoir prit le temps lire cette présentation et en vous souhaitant un excellent jeu.
    Last edited by Celebethiel; Nov 01 2012 at 11:13 AM.

 

 

Posting Permissions

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts
  •  

This form's session has expired. You need to reload the page.

Reload